Masques

Date : 28 avril 2020

Publié par: CharonneGrandePharmacie

Categorie: Info-santé Etiquettes:

MASQUES BARRIERE ET MASQUES CHIRURGICAUX

Un décret est paru au Journal Officiel du 26 avril 2020 et autorise les pharmacies à vendre des masques Barrière réutilisables, dits aussi Masques Grand Public. Plusieurs commandes sont en cours et ces masques devraient être disponibles au plus tard la semaine du 11 mai.

Les représentations syndicales et l'Ordre des Pharmaciens ont décidé d'autoriser la vente des masques chirurgicaux à partir du 30 avril 2020 dans les pharmacies qui auraient réussi à s'en procurer pour la commercialisation. Nous vous informerons de leur disponibilité. 

Info + : 01 40 24 28 50 Grande Pharmacie de Charonne Paris


Source: https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Dois-je porter un masque ?

En raison des difficultés d’approvisionnement actuelles, les masques sanitaires sont réservés aux soignants. De plus, le masque n’est pas la bonne réponse systématique pour le grand public car il ne peut être porté en permanence et n’a pas d’indication sans contact rapproché et prolongé avec un malade.

Contre le coronavirus, ce sont les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale qui sont efficaces.

Néanmoins, au terme d’une démarche supervisée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), avec le soutien de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), deux nouvelles catégories de masques grand public ont été créées. Ces masques auront vocation à être utilisés dans des situations professionnelles, en complément des mesures barrières (voir la question « Pour l’accès aux masques “  dans la rubrique “ Les mesures prises par le Gouvernement ”).

A partir du 11 mai, l'Etat, en lien avec les maires, permettra à chaque Français de se procurer un masque grand public.

Comment les masques sont-ils distribués ?

Depuis le début de la crise, pour préserver les capacités hospitalières, les masques sont livrés en priorité :

  • aux professionnels de santé amenés à prendre en charge des patients COVID-19 en ville comme à l’hôpital ;
  • aux personnes qui interviennent auprès des personnes âgées en EHPAD.

Depuis le 21 mars, les masques sont distribués ainsi :

  • pour les médecins de ville, les biologistes médicaux et les infirmiers de ville : 18 masques par semaine et par professionnel, dont des masques FFP2 dans le strict respect des indications ;
  • pour les pharmaciens de ville : 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel ;
  • pour les masseurs-kinésithérapeutes : 6 masques par semaine et par professionnel, chirurgicaux ou aux normes FFP2, dans le strict respect des indications et selon les disponibilités, pour la réalisation des actes prioritaires et non reportables ;
  • pour les sages-femmes : 6 masques chirurgicaux par semaine pour la prise en charge des femmes confirmées COVID-19 ;
  • pour les prestataires de service et les distributeurs de matériel : 1 boîte de 50 masques chirurgicaux par semaine et, en moyenne, par entreprise pour assurer les visites prioritaires ;
  • pour les personnes exerçant des activités de services d’aide et de soins à domicile : 9 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel exerçant au sein de la structure pour assurer les visites prioritaires ;
  • pour les EHPAD et les structures médico-sociales accueillant des personnes fragiles, notamment les personnes en situation de handicap ou des patients COVID-19 sans domicile ne relevant pas d’une hospitalisation : 5 masques chirurgicaux par lit ou place et par semaine. Les EHPAD disposeront dans la durée de 500 000 masques chirurgicaux par jour, comme le demandaient les responsables de leurs fédérations ;
  • pour l’hospitalisation conventionnelle dans les établissements de santé : 3 masques chirurgicaux par jour et par professionnel de santé dans les services de soins prenant en charge les cas possibles ou confirmés et, pour la réalisation des gestes à risque, des masques FFP2 dans les services d’urgence, d’accueil des malades COVID-19 et de soins critiques ;
  • pour l’hospitalisation à domicile : 2 boîtes de 50 masques chirurgicaux par semaine et en moyenne, par structure ;
  • pour les transporteurs sanitaires et les centres de secours : 1 boîte de 50 masques par semaine et par structure.

Les chirurgiens-dentistes disposent désormais d’un stock dédié de masques qu’ils ont eux-mêmes réparti sur le territoire de façon à pouvoir dans la durée assurer les soins urgents à la population.

Les visières peuvent-elles remplacer les masques grand public ?

Les visières sont un moyen supplémentaire de protection face aux virus transmis par les gouttelettes. Néanmoins, elles n’ont pas pour vocation de remplacer les masques pour le grand public. Les visières sont essentiellement utilisées en milieu hospitalier, où les soignants côtoient de nombreux malades. Le gouvernement, en lien avec les producteurs nationaux, travaille à la fabrication massive de masques grand public lavables, répondant à des normes strictes afin de pouvoir équiper toute la population.

De plus, pour rappel, le port de masque (et de visière) ne dispense pas d’une application rigoureuse des gestes barrières, de l’hygiène des mains et du respect de la distanciation sociale.

Quels sont les différents types de masques pour se protéger efficacement contre le COVID-19 ?

1. Le masque chirurgical protège contre les virus qui se transmettent dans les gouttelettes. Il permet donc se protéger contre le coronavirus, à transmission gouttelettes, mais aussi d’éviter de contaminer les autres quand on est malade. Il est suffisant dans la plupart des situations pour se protéger efficacement.

2. Le masque FFP2 filtre l’inhalation d’aérosols contaminés, il protège donc le porteur du masque contre les virus circulant dans l’air. Dans le cas du coronavirus, il est réservé aux situations à risque, principalement pour le personnel soignant, quand il existe des possibilités d’aérosolisation du virus (propulsion de gouttelettes contaminées), notamment lors des gestes invasifs. La production nationale en masques de protection à destination des professionnels de santé et des patients atteints par le coronavirus est passée de 15 millions de masques FFP2 et chirurgicaux par mois avant la crise, à plus de 40 millions en avril.

3. Les masques grand public

La priorité du Gouvernement en termes de masques est l’équipement des professionnels de santé, via des importations massives et l’augmentation de nos capacités de production.

Mais il y a aussi une demande croissante, dans de nombreux secteurs d’activité, d’augmenter la protection des salariés par des masques en complément des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale.

Pour contribuer à y répondre et dès le début du mois de mars, le Gouvernement a mobilisé les industriels français du textile afin de proposer de nouveaux types de masques anti-projections, avec des performances adaptées au domaine non médical. Ces masques répondent à des normes établies par les autorités sanitaires. Ils doivent être respirables et filtrer les gouttelettes qui contiennent du virus, pour ne pas qu’elles rentrent ni qu’elles sortent. Ils seront lavables pour la grande majorité et réutilisables plusieurs fois (certains modèles 20 ou 30 fois).

La semaine du 13 avril, ce sont 8 millions de masques grand public qui ont été produits en France ; l’objectif est de parvenir à une production de 17 millions de masques par semaine d’ici au 11 mai, grâce à la mobilisation de plus d’une centaine d’entreprises. Cette production nationale est complétée par des importations : plusieurs dizaines de millions de masques ont été commandés.

L’objectif est ainsi de permettre l’accès aux masques grand public pour tous les Français qui le souhaitent à partir du 11 mai.

Ces masques sont qualifiés pour des environnements de travail :

  • masques grand public de catégorie 1 : l’usage de ces masques est destiné aux populations amenées à accueillir du public dans le cadre de leurs activités professionnelles (policiers, gendarmes, hôtesses de caisses, etc.). Ils filtrent plus de 90% des particules émises d’une taille supérieure ou égale à 3 microns compatibles avec cette utilisation ;
  • masques grand public de catégorie 2 : ces masques sont destinés à l’usage d’individus ayant des contacts occasionnels avec d’autres personnes, dans le cadre professionnel. Leurs propriétés de filtration des particules supérieures ou égales à 3 microns apportent un complément de protection aux gestes barrières.

Il faut rappeler que le port de masque doit nécessairement s’accompagner du respect des gestes barrières ainsi que des mesures de distanciation sociale.

4.Il existe des masques FFP3, réservés à certaines utilisations très spécifiques. Ils ne sont pas utiles en prévention de la transmission COVID-19.